illustration au trait représentant une planche de bois sur laquelles sont disposés, serrés, des carnets de tailles diverses, un pot d'encre de Chine et trois pièces de monnaie

Souvenirs de Nulle-part

Nº ISSN : 2779-3702

bibliothèque (un peu bancale), machine à imprimer des pensées

Retex épisode 1 : contexte

À quelques semaines d’un changement de poste, j’ai éprouvé le besoin de poser au clair mes notes professionnelles. Autant en profiter pour vous proposer la visite guidée d’un système d’information hospitalier. Ce billet inaugure donc une série retranscrivant mes découvertes de presque trois années (de mai 2018 à mars 2021 normalement) d’informatique hospitalière.

Je n’aborderai bien évidement pas l’aspect des relations humaines. Je vais simplement essayer de décrire le plus justement possible le paysage numérique du système informatique d’un centre hospitalier de plus de 1100 lits. En regard des informations actuelles concernant des établissements hospitaliers victimes d’attaques informatiques, ces articles pourraient intéresser quelques uns d’entre-vous.

Ce premier billet n’entame pas véritablement le sujet. J’y introduis brièvement le contexte de mon recrutement.

Le choix

Comment ai-je rejoint la direction de l’information d‘un centre hospitalier ? Disons, pour aller à l'essentiel, que des raisons familiales nous ont conduit à retourner dans les Pyrénées-orientales. Dans le même temps, après sept années d’activité professionnelle indépendante, j’avais envie de retrouver un autre cadre de travail, en équipe. Mon retour dans le sud a donc été un accélérateur de ma recherche de retour à un emploi salarié.

À quelques semaines du déménagement, je disposais de deux pistes : un emploi de développeur / intégrateur web — en rapport direct avec mon expérience professionnelle — et un poste au service informatique du centre hospitalier pour travailler la relation aux utilisateurs du système d‘information et mettre en œuvre, au delà dee la messagerie électronique, les outils collaboratifs du marché Microsoft auquel avait souscrit récemment l’établissement.

J’avais travaillé pour un grand groupe industriel puis à mon compte, pour deux lycées et un centre de formation d’initiative locale. Rejoindre un organisme public de santé était en accord avec mon souhait de donner du sens à mon travail. Et puis, full disclosure, la perspective de découvrir un nouvel univers technique et professionnel a contribué à orienter ma décision vers la deuxième offre.

À mercredi prochain pour la suite qui marquera le début de la visite en elle-même