martel en tête

Dynamiser un site statique avec Hammer transcrire

J’ai décidé d’interrompre ma recherche du CMS idéal pour me consacrer à l’écriture proprement dite. Stockant mes textes dans de simples fichiers textes — relevés, il est vrai, d’une touche de markdown et de HTML — je pensais me contenter de pages HTML générées par un outil comme Marked, Multimarkdown Composer ou même Ulysses. Des pages qui seraient par la suite publiées via FTP sur mon espace d’hébergement. Bon, c’est bien beau tout ça mais quid de la gestion d’une navigation, même minimaliste, et de ma propension à procéder à des ajustement par touche de mes maquettes de site personnel ? On ne se refait pas. Il me fallait quand même une peu d’assistance logicielle.

J’avais envisagé un moment utiliser Pelican, un script Python assurant la transformation de fichiers markdown (avec du YAML1 dedans, comme statamic), testé il y a un moment pour la rédaction de billet rapides. Cependant, pour plein de raisons, sans doute mauvaises mais suffisantes, j’ai renoncé. Je me suis alors rappelé avoir acheté2 un outil d’aide au développement (de site) qui pourrait m’être utile : Hammer.

Hammer en bref

C’est un logiciel dont la fonction principale est de construire des pages web à partir d’un ensemble de fichiers disparates faisant partie d’un projet. Un projet n’étant rien d’autre qu’un répertoire de votre disque de travail. Une fois le dossier désigné, Hammer le surveille et, à chaque modification notée, regénère le site dans un dossier nommé build.

le répertoire d'un projet

L’intérêt de cette application est dans la manière dont elle manipule les fichiers pour construire le site :

le code de la page de cet article

Concrètement, mon organisation comme exemple

Paragraphe ajouté suite à une demande de précisions.

Le principe que j’ai mis en place est le suivant :

capture du code source de mon fichier index.html

capture du code source de mon fichier chronologie.html

Pour aller plus loin

Je vous ai présenté certains des aspects de cet outil de compilation de site web statique. Pour découvrir ses subtilités (l’ajout automatiques de classes de navigation, le support des formats de preprocessing CSS…) je vous invite à parcourir sa documentation (en anglais). Vous pouvez même télécharger une version de démonstration avant d’éventuellement en faire l’acquisition sur le Mac AppStore (21,49€ à la date de rédaction de ce billet).

  1. YAML ain’t Another Markup Language, voir article Wikipedia

  2. au détour du tweet d’un acteur du web anglophone sans doute